La technique de la renégociation du prêt immobilier ou rachat de prêt immobilier permet de bénéficier d’un abaissement dans le taux de son crédit. L’emprunteur aura le choix entre baisser le nombre de mensualités, baisser le montant à payer par mois ou les deux en proposant certains avantages à l’emprunteur.

Garder sa banque pour renégocier un prêt immobilier

La renégociation de prêt immobilier peut faire intervenir la même banque dans laquelle le premier prêt a été contracté. Effectivement, l’emprunteur n’aura qu’à demander un entretien auprès des responsables de l’établissement afin d’entamer les négociations. Dans ce type d’entretien, la banque se sentira souvent en défaveur et les négociations seront difficiles. En effet, certains établissements financiers ne sont souvent pas d’accord avec le rachat de prêt immobilier et ceux qui l’autorisent devront faire face à une perte d’argent puisque l’emprunteur pourra payer moins mensuellement. Par ailleurs, la majorité des banques ne permettent pas de renégocier un prêt immobilier puisque ce procédé ne fait pas partie de ses objectifs de vent.

Le choix d’une nouvelle banque pour la renégociation du prêt immobilier

Dans le cas où la banque d’origine ne permet pas de renégocier un prêt immobilier, l’emprunteur peut toujours faire appel à une autre agence financière. Dans ce cas, les bénéficies appartiennent aux deux entités nouvellement concernées puisque la banque gagne un nouveau client et l’emprunteur bénéficie d’un taux moindre. Cependant, de nouveaux frais s’ajouteront aux dépenses de l’emprunteur. En effet, en intégrant une nouvelle banque, il devra payer des pénalités de remboursement anticipé auprès de l’ancienne agence, et effectuer de nouveaux frais de garantie, tout comme des frais de dossier auprès du nouvel établissement lors de la renégociation de prêt immobilier.

La fiscalité dans la renégociation du prêt immobilier

En ayant effectué un prêt, l’emprunteur peut avoir bénéficié d’avantages importants pouvant être effectifs même après la renégociation de prêt immobilier. Effectivement, dans le cas où l’emprunteur est un investisseur locatif, ses revenus fonciers serviront à payer les intérêts et la souscription du et au nouveau prêt ainsi que les frais de remboursement anticipé dû à l’ancienne banque. Ce procédé prend effet si l’ancien prêt a totalement été remplacé par le nouveau et s’il a été effectif pour une durée plus longue par rapport au nouveau. Si négocier un prêt immobilier concerne l’achat d’une résidence principale, le nouveau taux établi bénéficiera d’une ouverture droit à un crédit d’import sur les intérêts d’emprunts.